jeudi 15 août 2019

Wil


- EXPERTISE PSYCHIATRIQUE DE STEPHANE ESPIC - - AUCUN SOUCI - Bonjour à lui, bonjour à tous ! N'étant pas médecin, je ne peux pas proposer de diagnostic, mais, j'atteste que je connais cet homme ( Stéphane Espic ) ; il dispose, à mon humble avis, de grands réflexes d'empathie, de beaucoup d'humour, de bien de l'intelligence, en revanche, il n'exprime aucune violence physiquement, tout au plus, il est absolument révolté par les injustices. http://www.leparisien.fr/yvelines-78/yvelines-le-gilet-jaune-tagueur-interdit-de-sejour-a-versailles-11-08-2019-8131932.php Dans le prolongement de cette attestation publique, je souhaite vous alerter, vous tous, même certains se croyant hors d'atteinte. Cela fait maintenant des années que, comme avocat dissident, je dénonce les dérives mafieuses de la France. En mai 2016, par exemple, de hauts magistrats ont tenté de réduire au silence Maître Bernard Ripert du barreau de Grenoble, quitte à le faire interner sous contrainte en établissement psychiatrique. L'affaire est incroyable mais vraie ! Peu de gens lui ont porté secours, fort heureusement, nous fûmes quelques-uns à le soutenir, et, il fut sauvé de cette terrible machination, il a repris toutes ses activités depuis. https://www.youtube.com/watch?v=OoachsyWrqM Il n'en demeure pas moins que j'avais publié plusieurs vidéos pour alerter tout le monde de cette affaire et de plusieurs autres analogues... https://www.youtube.com/watch?v=UN3GmVV4RJM Malheureusement, aucun journaliste, aucun parlementaire, ni aucun citoyen n'éprouva le besoin de s'inquiéter de ces alertes, alors qu'elles émanaient tout de même d'un avocat. Seul Monsieur Patrick D'Hondt prit du temps pour évoquer ces affaires sur le plateau de Méta TV. Merci à lui. Conclusion... Si les Gilets jaunes, en particulier, et les Français, en général, persistent à ignorer les alertes du peu de gens sincèrement mobilisés contre les réseaux mafieux qui vérolent notre pays, il ne faudra pas qu'ils s'étonnent de la suite. Malgré tout, ayons foi ! Me W.Paris.
VOIR L'ARTICLE